J’ai acheté une machine à soda après les avoir comparées… Mon avis sur la question!

nov 23
IMG_5711 - Version 2

Sur ce coup là, vous allez me dire que j’arrive après la bataille.

Cela fait maintenant bientôt deux ans que l’on voit ces machine à soda un peu partout dans les rayons des grandes surfaces et des magasins d’électroménagers, ainsi que sur Internet.

Je ne m’étais jamais vraiment intéressée à ces appareils jusqu’à cet été, où j’ai été invitée à plusieurs reprises chez des cousins qui en sont équipés et je me suis rendue compte que cela pouvait avoir un intérêt : fini de promener des packs d’eau pétillante ! D’autant que chez nous, l’eau pétillante est en grosses bouteilles en verre consigné (rapport au resto…) et comme c’est toujours le cordonnier le plus mal chaussé, j’oubliais systématiquement mes bouteilles d’eau pétillante au resto au lieu de les mettre dans ma voiture pour les ramener à la maison.

Avec une machine à soda, on peut faire certes des sodas mais on peut surtout faire son eau pétillante. C’est relativement simple, il suffit de remplir les bouteilles fournies avec de l’eau du robinet (si possible bien fraîche) et de les gazéifier.

OK c’est encore un appareil qui prend de la place sur le plan de travail, mais pour le coup, je dois dire que ce n’est pas le plus imposant et  quand on pense que je suis déjà équipée en machine à café, machine à thé, turbine à glace… on n’est plus à ça près.

De plus, notre poisson rouge Bubulle nous a quitté en fin d’été (RIP Bubulle) et en partant faire un petit tour au cimetière des poissons, il a également eu la bonne idée de ne pas se faire remplacer et il a donc emmené avec lui son aquarium énorme qui me prenait une place folle dans la cuisine… Il m’a libéré tout un plan de travail : plein de place pour loger encore pleins de nouveaux appareils de cuisine ! (pour le plus grand bonheur de mon Cher et Tendre)

Là-dessus je me suis donc intéressée aux différentes marques qui sont présentes sur le marché français et après avoir tergiversé pendant deux mois, je me suis finalement lancée. Alors allons-y pour 2-3 explications techniques :

Tout d’abord quelles sont les marques qui sont présentes sur le marché ?

Si on commence à chercher dans les boutiques du style Darty ou Boulanger ainsi que sur Internet (Amazon, Price Minister, etc…) on voit passer essentiellement quatre marques de machine à soda : Sodastream, la plus répandue, Wassermax qui se rapproche apparemment pas mal de Sodastream, Soda Quick et Homebar by Siméo.

Toutes ces machines fonctionnent sur le même principe: elles comportent dans le corps de l’appareil un cylindre de CO2 alimentaire qui permet de gazéifier jusqu’à 60 litres d’eau (ce cylindre est rechargeable, comptez entre 25 et 30 euros). On fixe la bouteille sous la tête de l’appareil, on appuie sur le bouton qui est sur la tête de l’appareil et ça envoie donc du CO2 alimentaire dans l’eau pour la gazéifier. Ensuite il y a un petit bouton pour décompresser le gaz en trop contenu dans la bouteille. Ce n’est pas plus compliqué que ça, c’est à la portée de n’importe qui !

Vous allez me dire: « oui mais ces machines restent relativement onéreuses ». Alors effectivement quand j’ai commencé à me renseigner, je me suis rendue compte que les prix des machines varient d’environ 40 € à 150 € actuellement, ce qui représente une sacrée amplitude de prix.

La différence de prix est justifié par deux choses : le design: (c’est un peu le nerf de la guerre aujourd’hui) on trouve une machine hyper simpliste en plastique blanc sur laquelle tout est manuel aux alentours de 35 – 40 €, comme on en trouve une à 159 € qui, elle, est chromée avec un tableau digital qui permet de mesurer la dose de gaz envoyée dans l’eau. Selon les budgets de chacun, la déco de la cuisine, il y a de quoi trouver son bonheur à coup sûr.

Personnellement, et c’est là que mon article va peut-être en intéresser plus d’un, j’ai opté pour la machine de chez Homebar by Siméo puisqu’elle était en promotion sur le site vente-privée.com la semaine dernière, au prix de 45 €.

À ce prix, j’ai eu une machine couleur aluminium (mais en plastique, hein!) ainsi que trois bouteilles et un cylindre de CO2. Compte-tenu du prix des machines, des prix des bouteilles qui sont vendues souvent en plus à l’unité, du prix de la cartouche de gaz et du design qui n’était pas trop laid, j’ai sauté sur l’occasion et j’ai donc passé ma commande qui a été livrée hier matin ! Action – Réaction!!!!

 

 

Dans les faits, j’ai donc déballé mon appareil et quand il a fallu que je l’installe, ça s’est un peu compliqué (mais la Force est avec moi!!) : il faut reconnaître que la machine Homebar est toute en plastique et que d’un premier abord ce n’est pas très évident de comprendre comment le cylindre va tenir dans ce petit bout de plastique sans se casser la figure, sans exploser… et comment tout cela va bien pouvoir fonctionner ! Après avoir retourné toutes les pièces dans tous les sens, étudié la notice (et les pièces) pendant pas loin d’un quart d’heure, j’ai réussi à toute assembler et ça marche !

Je vais vous expliquer vite fait comment ça se monte, au cas où vous vous retrouveriez dans la même situation que moi (on ne sait jamais, deux explications valent parfois mieux qu’une) :

Premièrement, vous déballez toutes les pièces (of course).

 

Vous allez voir que des petits embouts sont fournis, un verre et un gris; en fait ces deux petits embouts s’adaptent sur la tête du cylindre, en fonction du filetage de ce dernier. En l’occurrence, j’ai récupéré avec ma machine un cylindre avec un filetage très fin qui s’adapte donc sur l’embout vert foncé. (Il existe également un filetage plus large sur lequel s’adapte à ce moment-là l’embout gris). Vous défaites donc la tête jaune du cylindre de CO2 et là-dessus, vous venez   visser votre embout.

Ensuite, vous prenez la tête de la machine (qui arrive désolidarisée du socle), c’est la grosse pièce grise qui vient se fixer sur le tronc de la machine. Vous la retournez et vous allez voir une petite bague en plastique blanche au centre duquel se trouve l’emplacement du cylindre de CO2. En appuyant sur cette bague en plastique blanc, vous allez libérer les petits crochets de sécurité; à ce moment-là, vous insérez la cartouche de CO2 et quand vous relâchez la bague en plastique, le cylindre se trouve parfaitement clipsé dans la tête de la machine.

Vous retournez ensuite la tête, le cylindre rentre dans le trou de la machine et la tête vient se clipser sur le haut du corps de la machine et… c’est prêt ! (si vous avez compris ce que je viens d’écrire, BRAVO, parce que je ne suis pas sure d’être très claire…)

Il n’y a rien d’autre à faire… Et point positif, si on prend la machine d’entrée de gamme, rien à brancher sur l’électricité. C’est uniquement un système de traction qui la fait fonctionner.

À côté de ça, après avoir déballé la bouteille, vous l’aurez rincée puis remplie d’eau jusqu’au niveau indiqué. On vient fixer la bouteille sous la tête de la machine selon la procédure indiquée (on remonte la bouteille et on tourne à droite, elle se clipse toute seule). La bouteille se retrouve alors attachée à la tête de la machine. On appuie deux à trois secondes sur le bouton de gazéification situé sur le dessus de la machine; ça libère le gaz qui est alors envoyé dans la bouteille. Sur ma machine, mais je crois que c’est comme ça sur toutes, il y a ensuite un autre bouton sur la droite qui permet de décompresser le gaz en trop présent dans la bouteille. Après avoir fait cela, on défait la bouteille de la machine, on la rebouche et on la conserve au frais.

Ces machines à gazéifier sont également équipées d’un petit bouton qui permet de régler la taille des bulles : si vous réglez au minimum, vous avez des petites bulles fines et espacées ; si vous réglez au maximum, vous avez des grosses bulles plus présentes en bouche (et dans la bouteille donc…)

 

 

Si vous souhaitez ensuite parfumer cette eau gazéifiée afin de la transformer en soda : (je précise que personnellement je bois très très peu de soda, cette machine me sert essentiellement pour avoir de l’eau pétillante à la maison)

Alors là, pour le coup, les différentes marques proposent également toutes sortes de concentrés qui permettent d’aromatiser son eau.

Personnellement, j’ai goûté cet été ceux de chez Sodastream et je peux vous garantir que certains sont particulièrement bons : j’ai notamment une petite préférence pour le concentré Limonade qui restitue vraiment un très bon goût… de limonade (…sans blague…);  j’ai vu également qu’il existait des concentrés plus ou moins sucrés et certains sont à base de Stevia (cette plante qui permet de remplacer le sucre); il y a également toute une gamme de colas et pas mal de parfums… Mais le plus simple, il me semble, c’est d’utiliser des sirops, comme ceux que l’on achète et que l’on consomme de façon courante (Teisseire, Bigallet, etc…). D’ailleurs, si vous avez l’occasion je vous conseille vivement de tester le sirop Mojito de chez Monin.

Je précise que les concentrés sont vendus séparément des machines. Il me semble même avoir vu ces concentrés dans un rayon chez Darty. Ce n’est donc pas parce qu’on a une machine de la marque X que l’on est obligé d’acheter le concentré de la même marque. Ça permet de varier les plaisirs!

Au final je dirais que je suis très satisfaite de cette machine à soda mais que je suis surtout satisfaite de l’avoir payée 45 €. Je ne me voyais pas mettre 90 € dans ce type d’appareil à la construction somme toute modeste. Elle m’épargne une sacrée manutention (adieu la San Pellegrino et le verre consigné qui prend de la place dans mon coffre de voiture et qui pèse 1 tonne) … Mais il faut aussi dire que l’eau du robinet de Lyon est très bonne. Après, je pense que si votre eau du robinet n’est pas bonne, vous pouvez toujours la passer auparavant dans une carafe Brita… Mais là on n’en finit plus !

Alors ? Qu’en pensez-vous ? Est-ce que vous avez déjà testé/acheté une machine à soda ? Si oui, vous avez opté pour quelle marque et quel modèle? Avez-vous des conseils à me donner quant au parfum pour transformer l’eau en soda ? 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !